Zoom sur le succès montant des expositions immersives

L’exposition immersive n’arrête pas de faire parler d’elle. Critiquée pour n’être qu’un espace de divertissement qui dénature l’art, sa réussite ne fait pourtant que grandir. Zoom sur le succès montant de cette nouvelle forme d’exposition.

Une nouvelle façon de consommer la culture

L’exposition immersive, c’est l’art et la technologie qui se tiennent main dans la main dans l’objectif de proposer une nouvelle façon de consommer la culture par l’interactivité et les expériences ludiques. Dans les coulisses de ces types d’expositions, des centaines de capteurs et de projecteurs plongent le corps et l’âme du public dans l’image et le son, lui offrant un voyage dans l’infiniment petit et une expérience culturelle époustouflante. Certes, le concept ne fait pas l’unanimité, mais force est de constater qu’il y a un engouement manifeste pour ce genre d’exposition et que la tendance est à son développement. Il fait même des jaloux à en croire les critiques qui le considèrent comme dénué de profondeur en manquant de rapport direct aux œuvres et en n’ayant qu’un pur effet contemplatif, alors que sa fréquentation est toujours aussi bonne.

Un succès inattendu

Les chiffres parlent d’eux-mêmes et le concept d’exposition immersive peut déjà être considéré comme un succès, bien qu’à l’origine, le pari fût risqué. En effet, le coût moyen de développement d’une exposition immersive culmine à près d’un demi-million d’euros, juste un peu moins que celui d’une exposition temporaire classique, alors que son ticket d’entrée n’est pas donné. Malgré cela, l’affluence a largement dépassé les estimations, en témoignent les responsables de l’exposition immersive à l’Atelier des Lumières à Paris, avec une fréquentation tournant à 3000 personnes par jour pendant les jours ouvrables, jusqu’à 7000 visiteurs le week-end. Les prévisions de fréquentation annuelle se voient alors réalisées en à peine quelques mois.

Un public plus large

L’exposition immersive a également réussi à démocratiser l’art, ce que n’a pas su faire les musées traditionnels. D’ailleurs, ces derniers cherchent encore la bonne formule pour attirer les visiteurs qui ne viendraient pas naturellement les visiter. En tout cas, le public des expositions dites immersives est plus jeune et plus familiale, et l’ambiance est y plutôt vivante, émouvante et surtout colorée à la manière d’un spectacle. La réussite du concept s’aperçoit avec les 90 % des visiteurs qui jugent l’expérience excellente et les applaudissements en fin de projection ne font que confirmer cette appréciation. Il en résulte que de plus en plus d’expositions immersives voient le jour un peu partout dans le pays.

Portrait : qui est Bansky, la figure tutélaire du street art ?
Qu’est-ce-que le Land Art ?